[Behind The Scenes] Les 11 étapes incontournables que je suis pour écrire un article pour mon blog (sans m’épuiser)

Tu pourrais qualifier la rédaction de tes articles de blog de « chronophage », « chiant », « long », « compliqué », « fatiguant » … Tu as du mal à écrire avec fluidité, ça te prend du temps, de l’énergie.

Et ensuite, tu n’es pas sûre que le résultat soit bon !

Ou bien peut-être que tu considères que tu te débrouilles pas si mal que ça… mais tu es toujours partante pour trouver des idées inspirantes pour améliorer ta routine.

J’ai pensé à toi et je t’ai préparé un article qui te montre comment je procède pour rédiger mes propres articles de blog. Je publie toutes les semaines, et chaque article est finalisé en moins d’1/2 journée.

Je vais t’expliquer comment je passe d’une page blanche à un article prêt à être intégré dans WordPress sans me fatiguer pour rien. C’est parti !

Avant d’écrire quoi que ce soit 👉 choisir une idée et se mettre en condition

1️⃣ Je pioche dans ma liste de sujets, car je fais en sorte d’avoir des idées déjà prêtes pour mon blog, soit grâce à des séances de brainstorming, soit en notant mes idées comme elles viennent dans ma liste.

Parfois, j’ai écrit juste une idée en quelques mots, et parfois j’ai des notes un peu plus complètes. Ça dépend de mon inspiration. Le côté pratique d’avoir beaucoup de notes pour un sujet d’article, c’est que c’est plus facile de me souvenir ce que j’avais en tête au moment de noter mon idée. 😊

Parfois, mon article est déjà presque à moitié rédigé ! Mais je peux aussi me rendre compte que je suis allée dans tous les sens, et tout n’est pas exploitable. Donc il faut que je puisse déterminer avec discernement ce que je vais réellement faire de ces idées que j’avais notées dans l’instant.

2️⃣ J’ouvre mon document Word, je suis devant une page blanche. Je prends un instant pour me demander ce que j’ai envie de faire avec ce sujet d’article. M’assurer que je réponds à un besoin ou une question de ma cliente idéale. Je veux pas partir dans tous les sens. Je veux rester focus, pour optimiser le temps que je passe à la rédaction.

Mes premières idées et mon premier jet 👉 écrire une première version d’article avec focus et lâcher-prise

3️⃣ J’écris mon idée principale en une ou deux phrases. Parfois c’est pas très clair. Mais en écrivant le premier jet de mon article, je peux affiner mon idée principale par la suite. C’est une astuce pour rester focus et ne pas partir sur 15 sujets différents. Un bon article de blog, c’est un article qui traite d’une seule idée principale.

4️⃣ Parfois, j’ai déjà une petite idée de plan, alors je note mes différentes parties, sans chercher à faire de jolis titres. On s’en fout, c’est qu’un brouillon, le but c’est juste de commencer à construire quelque chose.

5️⃣ J’écris mon premier jet. Je me mets dans les bonnes dispositions d’esprit pour ça. Un premier jet, c’est une première version, un brouillon. On ne peut pas demander à un enfant de se comporter en adulte, et pour les contenus, on ne peut pas demander à un brouillon d’avoir des allures de texte définitif prêt à être publié. Donc je me lance, j’écris même si c’est nul, mal écrit, qu’il y a des fautes, je m’en fous ! 😅

Quand j’écris mon premier jet, mon but est de noter mes idées telles qu’elles sur mon document. Je suis en mode « créatif ».

Astuce pour toi -> Dans ton cerveau, tu ne peux être que dans un seul mode à la fois. Par exemple, soit en mode « créatif », soit en mode « relecture ». Et si t’essaies de faire les deux en même temps ? Tu chopes la migraine. 🤯 Tu passes 1h30 sur un paragraphe (sans pour autant gagner le prix Goncourt).

C’était un de mes gros défauts pendant des années, autant à l’école que dans mes débuts de rédactrice web.

J’ai considérablement progressé en pratiquant le journaling tous les matins. Quand j’écris dans mon journal, mon but est d’écrire le plus possible ce qui me passe par la tête, sans juger ce que j’écris. J’essaie pas d’écrire des trucs intéressants ou d’écrire juste.

J’évite de reformuler mes phrases. Parce que si je fais tout ça, je suis parasitée par le mode « relecture », et donc je suis pas pleinement dans le mode « créatif ». Je fais de mon mieux pour écrire honnêtement ce que je pense, ce que je ressens. Avec la pratique du journaling, j’ai pu vivre une expérience de rédaction complètement différente, car je peux enfin écrire mon premier jet sans (trop) me juger.

Au début, je peux avoir des idées qui viennent assez lentement. Mais je sais que plus je m’autorise à écrire les idées qui me passent par la tête, plus je suis en mode « créatif », et plus j’écris avec fluidité. Je finis toujours par un premier de plus de 1000 mots, et ça peut parfois aller jusqu’à 1500 ou 2000 mots. Il me faut environ 1h30 de concentration et d’écriture pour ça.

Je ne te dis pas ça pour que tu arrives à la même chose. A chacune son rythme, à chacune son tempérament. Je te partage comment ça se passe pour moi, tout simplement pour la transparence du côté « Behind the scenes ». J’aime écrire, j’écris vite et beaucoup. Peu importe le nombre de mots que tu feras, ou au temps que tu mettras pour les rédiger.

Astuce pour toi -> Avec la méthode que je te partage, tu feras plus vite et mieux. Ce qui compte, c’est de s’améliorer en continu, non ?

La correction 👉 améliorer la structure et le style de mon article pour avoir un contenu agréable et facile à lire

Une fois l’étape de premier jet en mode « créatif » terminée, je peux passer à l’étape de la relecture et de la correction de mon article de blog…. Et passer au mode « relecture » dans mon cerveau (sans grand suspens^^).

6️⃣ Je vérifie d’abord si la structure de mon article est correcte. Voilà les questions que je peux me poser :

Est-ce que c’est cohérent par rapport à ce que j’ai noté dans mon idée principale ?
Est-ce que l’enchaînement entre les différentes parties de mon texte est logique ?
Est-ce que j’ai des parties beaucoup plus longues ou plus courtes par rapport aux autres ?

-> parfois, ça peut indiquer que j’ai tourné en rond et répété la même chose trop de fois, et que je peux supprimer des phrases. Ou au contraire, que je suis restée trop en surface et qu’il faut que je rajoute des exemples.

7️⃣ Je m’assure d’avoir des parties avec des titres (même mal rédigés), une intro et une conclusion, et un semblant de titre principal.

8️⃣ Je relis mon article, pour corriger les fautes, affiner des formulations, couper les phrases trop longues (et faire de plus petites phrases à la place), etc. Bref, je m’occupe du style.

9️⃣ Je me demande si j’ai de quoi faire un lien vers un article qui parle d’un sujet connexe :

Astuce pour toi -> rajouter des liens vers d’autres pages de ton site, c’est super utile pour faire en sorte que tes lecteurs restent plus longtemps dessus. 😊 Des visiteurs qui restent plus longtemps, ça contribue à un trafic qualifié. 

Si tes lecteurs passent du temps sur plusieurs contenus et articles qui les intéressent, ça augmente les chances qu’ils reviennent plus tard sur ton site. Et qu’ils fassent le pas suivant pour aller vers toi, que ce soit de télécharger ton cadeau gratuit, ou bien de songer sérieusement à une séance découverte avec toi, s’y inscrire, ou acheter une de tes formations.

🔑 Mais ça ne peut marcher que si ta communication est bien ciblée : si tu sais à qui tu t’adresses, et que tu es généreuse avec tes contenus, en quantité comme en qualité.

Tu n’es pas toujours sûre de l’intérêt d’avoir un blog pour ton entreprise ? Je t’ai listé 21 raisons pour entretenir ton blog régulièrement dans cet article.

Le peaufinage 👉 soigner mes titres pour donner envie de lire

1️⃣0️⃣ Je réfléchis aux titres de mes sous-parties. Mon but est qu’ils décrivent le contenu que le lecteur va trouver en-dessous, et qu’en même temps ils donnent envie de lire. En général, quand tu fais ton premier jet, tu rédiges des titres descriptifs, qui sont clairs pour toi, mais pas suffisamment pour ton lecteur (car lui, il n’est pas dans ta tête). C’est à éviter sur ta version définitive, car ça ne donne pas envie de lire.

Astuce pour toi -> Je te conseille de toujours remettre en question les titres que tu as écrits, et de passer par une étape où tu cherches à optimiser l’impact de tes titres sur ton lecteur. On doit comprendre de quoi tu parles sans être un expert de ton sujet, et en même temps avoir envie d’en savoir plus ! 😺

1️⃣1️⃣ Ma dernière étape, c’est de réfléchir au titre principal de mon article. C’est le même type de travail et de réflexion que pour mes sous-titres. J’y consacre une étape spécifique, car ce titre est hyper important. C’est celui que tes lecteurs vont voir dans le fil de ton blog, ou sur ton réseau social préféré par exemple.

Astuce pour toi -> Avant de se demander s’ils vont passer 5 minutes à lire un article en entier, les gens lisent d’abord le titre. 🙃 Si tu veux que tes lecteurs lisent tes articles, il faut que tu t’entraînes à rédiger des titres qui donnent envie de lire. Qui attisent la curiosité, qui attirent l’attention. La structure de ton titre et les mots que tu choisis sont hyper importants.

-> c’est valable pour les objets de tes newsletters ou les premières lignes de tes posts sur ton réseau social principal aussi^^

Pourquoi je fais ça en dernier ? Pour m’assurer que je vais réfléchir à un titre cohérent par rapport au contenu qui va suivre. C’est plus simple d’y réfléchir à ce stade pour moi, vu que j’ai déjà passé du temps à écrire sur mon sujet. Trouver un super titre comme ça à froid, sans avoir de contenu concret déjà existant, c’est assez dur.

Côté lecteur, je sais que si j’ai un titre cohérent avec la suite, ça contribue à une expérience de lecture agréable 😊 (l’expérience utilisateur est hyper importante sur un blog). Ça évite les déceptions, entre une attente créée par un titre et un contenu qui ne répond pas aux promesses du titre.

Crois-moi, la dernière chose que tu veux c’est que ta communauté t’identifie comme une personne qui ne cherche qu’à attirer l’attention avec ses titres sans avoir des contenus alignés ensuite.

Quelques conseils supplémentaires pour la route ? 😺

🔸 N’essaie pas de rédiger tout dans l’ordre où ton lecteur pourra le lire. Lecture et écriture sont deux expériences qui n’ont rien à voir.

🔸 Je fais en sorte de tout faire en ½ journée, pour rester concentrée sur mon sujet. Comme ça, mon article est terminé et je peux passer à autre chose, sans faire de « context switching ».

🔸 Si je vois que la rédaction du premier jet a été difficile, et que j’ai du mal à trouver une structure qui me convienne, ou que je suis juste hyper fatiguée, je laisse passer du temps et j’y reviens le lendemain ou deux jours après. Ça me permet d’avoir un regard plus frais au moment de la relecture, et donc d’être carrément plus efficace pour arriver à un résultat final prêt à être publié.

Et voilà ! Mon article est prêt sur Word, et il me reste à trouver une image ainsi qu’à le mettre en ligne sur WordPress. A ce stade, il me reste quelques petits bouts de contenus à adapter ou rédiger dont je n’ai pas parlé ici, mais je le fais au moment de la mise en ligne. Ça pourrait faire l’objet d’un autre article !

Au fait, si tu sens que tu as tendance à bloquer au moment d’écrire tes contenus, télécharge le guide qui est proposé sous cet article : je te parle de 13 idées reçues qui te pourrissent la vie en ce qui concerne tes contenus et ta communication en ligne ; et pour chaque idée reçue, il y a un conseil pour t’en libérer et t’aider à avancer. 👇

Trouve des idées pertinentes pour tes contenus toute l’année avec ce workbook offert

 (extrait de mon programme Digital Dharma)

Je suis Mélina,

Je suis Mélina,

Fondatrice de Guiding PathWord, consultante et coach pour les entrepreneures à impact positif déterminées à aller au prochain niveau dans leur communication sur le web, tout en étant authentiques et audacieuses.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *