Entrepreneure : 7 peurs qui t’empêchent de lancer ton blog

J’ai eu plusieurs conversations récemment avec des entrepreneures qui avaient envie de créer un blog, mais qui avaient peur de se lancer.

Concevoir et publier tout un article de blog en ton nom, et le rendre accessible à tous sur Internet, c’est pas forcément une mince affaire pour tout le monde.

Ces entrepreneures comparent souvent leurs posts LinkedIn avec leur projet de blog. Sur les réseaux sociaux, l’enjeu de la création de contenus semble moins important, moins intimidant pour certaines.

Pourtant, à mon sens, c’est plus une histoire de perception qu’autre chose !

J’ai eu envie de te parler de 7 peurs qui t’empêchent peut-être encore aujourd’hui de lancer ton blog. Tu verras que c’est surtout une question de point de vue, et qu’il existe toujours une solution !

1 Ne pas te croire assez douée pour écrire sur un blog

Peut-être que tu complexes sur tes compétences rédactionnelles. Et donc tu ne te crois pas assez douée pour écrire, car tu n’as pas le talent d’une storytelleuse ou d’une copywriteuse.

Même une journaliste, qui a l’habitude d’écrire des articles dans sa vie professionnelle, peut avoir peur de lancer son propre blog perso.

Donc c’est pas une histoire de « ne pas savoir écrire ».

Derrière ça, se cache une croyance que tu n’es pas assez bien, qu’il faut forcément être dans l’excellence pour être digne d’écrire sur un blog. Mais il n’existe pas de critères pour mesurer la dignité des gens à avoir leur blog.

Soit tu décides d’en avoir un, soit non. Si des enfants de 10 ans décident de lancer leur chaîne YouTube (ce qui est trop chou), je pense que tu n’as pas à te poser la question sur ta légitimité à avoir ton blog. 😊

2 Te demander : « Pourquoi toi ? »

« Il y a déjà tellement de blogs qui parlent de la même chose, alors pourquoi moi ? J’ai rien de spécial, alors quel intérêt ça a que je prenne la parole ? »

Ça rejoint un peu mes propos de la partie précédente : tu doutes de ta légitimité à t’exprimer, tu te demandes ce que tu as de spécial.
👉 Encore cette idée qu’il faut quelque chose de spécial, être dans l’excellence.

Ma réponse à ça est double : tu n’as pas besoin d’avoir quelque chose de spécial. Et en même temps, que tu le veuilles ou non, que tu le voies ou non, tu peux apporter quelque chose de spécial. Une touche unique parce que c’est toi. Mais tu ne le découvriras pas avant de te lancer, de pratiquer et d’affiner ton approche sur ton sujet.

Un jour, tu te rendras compte que tu peux mixer cette thématique avec cette approche, parce que c’est évident pour toi. Ton chemin te montrera les indices.

Donc tu n’as pas besoin d’avoir été kidnappée pendant 6 mois par un gang de hyènes rose fluo à l’autre bout de la planète avant de t’échapper dans un tunnel que tu auras creusé à la petite cuiller. 😅 Tu peux être une personne banale (on est toutes banales et spéciales à la fois), et néanmoins avoir un message intéressant à transmettre. Mais si tu ne commences pas à t’exprimer avec ce que tu as maintenant, ce message inspirant ne va pas se fabriquer tout seul.

3 La peur de trop montrer ta vulnérabilité

Un article de blog, c’est plus long qu’un post LinkedIn, pour sûr ! Tu sens que si tu te lances il va falloir aller plus en profondeur que ce que tu évoques rapidement en quelques lignes sur les réseaux sociaux.

Et peut-être que tu vas devoir te livrer, parler de tes émotions. T’es pas forcément confortable avec ça. 🤔

Je te comprends.

Ça peut être très inspirant de lire les mots de quelqu’un qui raconte une histoire personnelle, comment il / elle s’est sorti d’une difficulté dans son passé, etc. Tu te dis que tu vas devoir faire ce genre de choses pour capter l’attention de tes lecteurs, mais ça coince un peu…

Sache que c’est TON blog, et tu n’es pas obligée de suivre un modèle particulier. C’est vrai que ça enrichit ta communication de livrer des choses plus personnelles. Ça te donne une dimension plus humaine. Ça contribue à la connexion émotionnelle avec tes lecteurs.

Mais tu peux prendre ton temps et y aller par petits pas. Tu le sentiras quand tu seras prête et tu auras le discernement de ce que tu es vraiment ok de partager de ta vulnérabilité, et de ce que tu veux garder pour toi.

4 La peur des haters

La peur des haters, c’est la peur de recevoir des critiques sévères, qui te font te remettre en question là où ça n’est pas utile. Bien souvent, ces gens ne font pas de remarques constructives.

Ce sont des jugements sur ta personne, juste pour le plaisir de critiquer. Parfois, tu sens à 15 000 km qu’ils n’ont pas lu correctement ton texte, et ils te pondent un pavé totalement HS par rapport à ce que tu as cherché à exprimer. 🙈

Je voudrais te dire que c’est pas vraiment utile d’avoir peur des haters avant de lancer ton blog. La plupart du temps, c’est un « problème » qui vient avec la visibilité. Au début, tu t’exprimes dans le noir, personne ne te connait, personne ne te lit, et donc personne ne peut te critiquer.

C’est déjà une étape en soi. Tu as des choses à apprendre, tu peux t’habituer progressivement à publier chaque semaine par exemple, et à banaliser cette action.

Donc c’est comme avoir peur de lancer ton entreprise, parce que tu as peur de payer l’impôt sur la fortune : tu n’en es pas là à tes débuts de toute façon, alors reviens au moment présent. Tu vas grandir et mûrir en chemin, et si ça se trouve tu n’en auras rien à faire le jour où ça arrivera. Tu constateras que tu as les ressources pour gérer ça, et que c’était pas utile de t’en faire pendant tout ce temps quand personne ne te connaissait.

5 La peur de pas avoir assez d’idées

C’est sûr qu’un blog, c’est fait pour être entretenu à long terme. Il faut pouvoir publier de nombreux articles tout au long de l’année pour que cette stratégie ait du sens.

Mais si tu peux déjà publier régulièrement sur les réseaux sociaux, il n’y a pas de raisons pour que tu ne puisses pas trouver autant d’idées pour ton blog.

Si tu es dans cette situation, j’ai une ressource gratuite en bas de cet article pour t’aider à trouver des idées toute l’année pour ta communication.

Ne crois pas que tu doives réinventer la roue autant que ça. L’idée, c’est de définir tes thématiques, et de les explorer à chaque fois sous un autre angle suffisamment précis. Tu ne sais pas à quel point tu as encore des tas d’idées à exploiter ! ⚡ 🔥

6 Te mettre la pression au sujet de tes idées, qui doivent être « dignes d’un blog »

Je ne sais pas pourquoi le blog a ce statut, mais les entrepreneures se mettent beaucoup moins la pression pour un post sur les réseaux sociaux ou une newsletter. Mais dès qu’il s’agit d’un blog, alors là il faut trouver l’idée du siècle.

Je crois comprendre d’où ça vient. Tu n’aurais pas l’impression que tes écrits seront gravés dans le marbre sur un blog, par hasard ?

Ben oui, du fait de la durée de vie des articles de blog… un article de blog, c’est fait pour durer. Une newsletter, ça se lit et ça s’oublie. Un post sur les réseaux sociaux, ça vit quelques heures et ça disparait du fil d’actu. Mais le but des articles de blog est de pouvoir être trouvés des années après leur rédaction.

C’est plutôt un avantage énorme en fait ! Pourquoi te mettre la pression pour ça ?

Rien n’est gravé dans le marbre, en réalité. Il t’est même recommandé d’améliorer et d’affiner tes contenus dans le temps.

Tu as la maîtrise de tes contenus, car c’est TON blog. Donc si tu fais un passage en revue de tes vieux contenus, et que tu vois que certains mériteraient d’être rafraîchis, tu as toute la liberté de le faire. Et si tu vois que d’autres ne sont plus du tout alignés avec ton message, tu peux les supprimer. 😀

Rien de gravé dans le marbre, et pas de pression.

7 Tu es intimidée à l’idée de t’exposer sur ton blog, d’exprimer ton point de vue et tes idées

C’est déjà intimidant pour certaines femmes entrepreneures, de s’exprimer dans un post de quelques lignes sur LinkedIn ou Insta. Mais alors le faire à l’échelle d’un article de blog, c’est… crispant !

C’est la peur que j’ai eue à dépasser quand j’ai lancé mon premier blog en 2017 (il n’existe plus aujourd’hui). Avant, j’avais travaillé en tant que rédactrice web, et je rédigeais régulièrement un article pour le blog de l’entreprise où je travaillais. Mais on gérait ça en groupe. Mes contenus étaient relus, et j’avais un retour avant de publier. Je savais quoi modifier ou quoi garder. C’était sécurisant quelque part.

Le jour où j’ai lancé mon blog à moi, que je m’exprimais en mon nom, et que je devais décider toute seule si mes articles étaient prêts à être publiés ou non, c’était assez intimidant pour moi. 😵

J’avais soudain toute la liberté d’exprimer mon point de vue. Je pouvais adopter ma propre ligne éditoriale. Je n’avais plus les contraintes de mon emploi précédent, mais je ressentais également la responsabilité personnelle et totale de mes contenus. Je ne pouvais plus compter sur les autres pour les évaluer.

👉 Ce qui m’a aidée : pratiquer, m’habituer, et voir que de toute façon, ça résonnait chez des gens. Ça m’a encouragée pour continuer.

C’est vraiment la pratique et le passage à l’action qui t’aideront à dépasser cette peur.

En résumé, lorsqu’il s’agit d’avoir un blog professionnel et que ça bloque intérieurement, certaines peurs concernent ta légitimité et ta valeur personnelle. D’autres peurs te protègent des réactions de l’extérieur. D’autres encore concernent ta créativité : tu ne sais pas jusqu’où tu peux vraiment aller !

Dans tous les cas, il existe une solution pour dépasser ce qui te bloque. La plupart du temps, c’est : reste dans le moment présent, relâche la pression, et vas-y pas à pas. Te lancer, développer ta persévérance, apprendre à te connaître, ça finira par solidifier ta confiance en toi !

Trouve des idées pertinentes pour tes contenus toute l’année avec ce workbook offert

 (extrait de mon programme Digital Dharma)

Je suis Mélina,

Je suis Mélina,

Fondatrice de Guiding PathWord, consultante et coach pour les entrepreneures à impact positif déterminées à aller au prochain niveau dans leur communication sur le web, tout en étant authentiques et audacieuses.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *