Structurer tes contenus ne les rend pas plus artificiels, ça les rend plus puissants

Est-ce que tu veux aller au niveau supérieur dans ta communication pour avoir plus d’impact ?

Tu te demandes comment faire pour que ton message fasse tilt dans la tête de tes clients idéaux ?

Tu veux t’assurer que ta communication fasse vraiment pro ?

J’ai une solution pour toi, mais attention, elle peut réveiller quelques résistances : apprends à mieux structurer tes contenus !

Je sais ce que tu vas me dire : tu as peur que ça fasse artificiel, ça te semble tellement barbant, et bon… c’est pas ton genre d’être hyper structurée.

Je t’avais dit que ça réveille des résistances. C’est justement le sujet que j’aborde dans cet article : en quoi la structure te permet d’avoir plus d’impact, et quel mindset adopter pour sortir de ces résistances et intégrer cette bonne pratique (essentielle) dans ta rédaction.

Pourquoi mieux structurer tes textes ?

Apporter de la structure à tes textes, ça te permet de publier un contenu abouti, clair, cohérent et agréable à lire.

La raison principale qui fait que structurer tes contenus est une bonne chose, c’est pour faciliter la lecture et la compréhension… Tu ne peux pas avoir d’impact si tu n’es pas comprise.

Mais qu’est-ce qui explique que structurer ses contenus soit si important ?

➡ Il te faut des contenus ultra clairs pour être lue et comprise malgré les obstacles à la lecture sur écran.

Tu ne peux pas simplement écrire ton premier jet et le publier après avoir réarrangé 3 phrases.

Il te faut des contenus ultra clairs, pour que tes lecteurs puissent les lire le plus facilement possible, malgré la tonne de distraction qui les entoure.

➡ La lecture sur écran se fait par morceaux

Les gens ont une manière bien spécifique de lire un contenu de site internet sur un écran. Ce n’est pas du tout la même chose que de lire un livre (même au format numérique).

Sur le web, le lecteur papillonne beaucoup. 🦋 Bien souvent, il ne lit pas les pages web en entier, ni dans l’ordre.

Les internautes aiment bien scanner le contenu rapidement, avant de décider s’ils vont réellement lire le texte, ou bien fermer la page. Ensuite, s’ils décident de lire ta page, ils vont peut-être choisir un morceau en particulier qui les attire.

Les utilisateurs du web veulent aller droit au but pour trouver le contenu qui les intéresse le plus.

J’ajouterai aussi que les gens sont souvent pressés et n’ont pas une capacité d’attention très grande sur le web (quelques minutes seulement).

➡ Le contexte de lecture sur écran est plein de rebondissements

Depuis que nous utilisons des smartphones et des tablettes à longueur de journée, en plus de nos écrans d’ordinateur, nous lisons de plus en plus n’importe où et n’importe quand.

Alors qu’en 2010, la lecture sur écran se faisait principalement sur un écran d’ordi standard, dans un bureau, et avec au pire 2 ou 3 collègues un peu bruyants… en 2021, ça fait un moment qu’on a pris l’habitude d’utiliser son téléphone pour lire dans le bus, dans une file d’attente, chez soi, au boulot, dans un parc…

Du coup, tes lecteurs peuvent être distraits à n’importe quel moment par n’importe quel bruit, que ce soit une musique de fond, la circulation, ou par une lumière qui change, comme celle du soleil qui vient taper sur l’écran.

Et même sans aller dehors pour lire, ton lecteur peut être interrompu par un sms, un coup de fil, une notification….

C’est la jungle ! 🐊

Comment mieux structurer tes textes ?

La structure, ça se travaille à différents niveaux.

🔸 La structure générale de ton contenu : as-tu un titre principal, des sous-titres pour chacune de tes parties, est-ce que ça s’enchaîne de manière cohérente ? Et aussi : as-tu pensé à quelque chose pour faire office d’intro et de conclusion ?

🔸 La structure de tes paragraphes : tes paragraphes sont-ils trop longs, sautes-tu assez de lignes, est-ce que ton contenu est assez aéré ? Est-ce que tes idées s’enchaînent avec fluidité d’un paragraphe à un autre ?

🔸 La structure de tes phrases : tes phrases sont-elles suffisamment claires, et simples ?

Les 4 résistances les plus communes qui t’empêchent de mieux structurer tes contenus

Maintenant qu’on a un peu posé le contexte, voyons ce qui peut te freiner à l’idée de structurer davantage tes articles de blog, tes newsletters, ou tes autres contenus….

Je vais les appeler des objections : il s’agit des objections de ton ego, il sait bien plaider sa cause^^. En réalité ce sont des résistances qui te font stagner dans ta communication.

Objection n°1 : Hé ben, qu’est-ce qu’il a mon texte ? Moi je le comprends, il est assez clair comme ça, non ?

Je suis contente que tu te comprennes, c’est un bon début 😅

En revanche, si tu t’en tiens à ton premier jet et que tu le réarranges vaguement, ça reste toujours un brouillon.

C’est peut-être un peu dur de dire ça, mais je pense que c’est vrai.

Tu écris pour tes lecteurs. Tu dois faire un travail de remise en question de ton texte. Et de structure.

Toi tu sais de quoi tu parles. Pas eux. Ils n’ont pas pratiqué et étudié ton sujet pendant 5 ans. C’est pour ça d’ailleurs qu’ils viennent te lire !

Donc essaie de te mettre à la place de quelqu’un qui n’y connait rien, et demande-toi si ton texte demande des efforts de concentration.

Demande-toi si tu passes d’une idée à une autre de manière cohérente. Demande-toi comment tu pourrais faire pour t’éloigner du brouillon et te rapprocher du texte pensé pour être lu par d’autres personnes, qui ne sont pas aussi à l’aise que toi sur ton sujet.

Objection n°2 : Je veux me sentir libre et je suis adulte, je veux pas avoir l’impression de faire une rédaction relou comme à l’école

Structurer ses textes, ça peut donner l’impression de retourner à l’école, où il fallait faire intro, développement, conclusion… Et ça t’a peut-être bien soulée cette époque.

T’occuper de ta communication peut réveiller bien des souvenirs, des croyances et des blocages, qui peuvent remonter à l’école primaire ou à l’université, peu importe.

Peut-être que tu n’aimais pas trop les cours de français et que tu n’as jamais compris pourquoi tes profs te demandaient autant de structure dans tes commentaires composés et tes dissert’s.

Pour toi, ça a peut-être été synonyme d’obligation, de contrainte vide de sens. Histoire que ça soit bien chiant et que tu n’aies pas de plaisir à étudier.

Souviens-toi que c’est derrière toi maintenant.

Aujourd’hui tu n’es plus à l’école. Tu as plus de liberté, et tant mieux parce que c’est vital.

Pourtant, si tes contenus sont complètement freestyle, ce n’est pas sûr que tes lecteurs comprennent où tu veux en venir.

Il te faut te réapproprier certaines règles que tu as dû suivre plus jeune, car en réalité elles sont au service de ton impact et de ce que tu veux réaliser.

Aujourd’hui, même si tu n’y es pas obligée, tu peux choisir d’apporter plus de structure à tes textes, car tu veux produire des contenus de qualité, agréables à lire et faciles à comprendre.

Objection n°3 : Oui mais moi, je suis pas hyper carrée, j’ai besoin de suivre mon élan pour faire quelque chose… et je trouve pas ça très inspirant de passer du temps à structurer mes textes

La structure c’est pas sexy. Mais c’est indispensable ! 🤓

Tu verras que même s’il est bon de suivre ce qui te fait plaisir dans la vie, il faut également apprendre à faire preuve de discernement, car la petite voix qui te parle ne vient pas toujours de ton intuition.

Ça peut aussi être une résistance.

C’est très important de te faciliter la vie pour gérer ton entreprise dans une bonne énergie, et que ça dure sur le long terme. Mais il ne faut pas confondre le fait de te rendre les choses faciles et le fait d’aller vers la facilité.

Si tu évites tout ce qui manque d’attrait à tes yeux, tu risques de ne jamais vraiment terminer tes projets. A la longue, ça devient de l’autosabotage. Et s’il y a bien une chose qui te rend la vie difficile, en définitive, c’est bien l’autosabotage.

Si tu bloques souvent pour appliquer une stratégie sur le long terme parce que tu n’es attirée que par des actions qui ont l’air hyper attrayantes, lis cet article où je te parle du shiny object sydrome (une forme d’autosabotage très courante chez les entrepreneures).

Objection n°4 : C’est important pour moi d’être authentique dans ma communication. Si je structure mes textes, ça fera artificiel et vraiment bizarre

Oui mais non^^

La structure de tes contenus ne t’empêche pas d’être spontanée. Authentique.

C’est quoi l’authenticité ? Il doit y avoir un tas de définitions. Ici, retiens ça : l’authenticité, c’est dire ce que tu penses, t’exprimer avec tes mots à toi, ou pourquoi pas, raconter une histoire que tu as vécue pour illustrer une idée.

L’authenticité, c’est quelque chose de vrai. Ça concerne surtout le fond de tes contenus.

La structure, ça concerne la forme. L’un ne peut pas être confondu avec l’autre. Chacun doit exister, pour pouvoir compléter et nourrir l’autre.

Au lieu d’associer la structure à quelque chose de scolaire ou d’artificiel, qui ne serait pas authentique, tu peux changer ton regard et te dire :

« Quand j’apporte de la structure à mes textes, je me donne les moyens de prendre soin de mes lecteurs. Je veux qu’ils comprennent mon message facilement.
Je veux leur donner une lecture agréable. »

Être lue et comprise t’aide à avoir plus d’impact. C’est aussi simple que ça.

Conclusion et leçon du jour : il ne s’agit pas tellement de toi, mais de tes lecteurs

Hé ouais, tu es une pro, et il te faut des contenus de pro.

La structure, ça rend tes contenus plus professionnels, car ça veut dire que tu écris en toute conscience pour des gens que tu as envie d’aider et d’inspirer.

Il te faut un message capable d’aller de l’émetteur jusqu’au récepteur.

⚡ Le fond, c’est à dire l’idée essentielle que tu veux transmettre, ne peut pas avoir d’impact sur tes lecteurs sans la forme, la structure que tu apportes à tes textes.

⚡ S’il n’y a que du contenu (tes idées), et pas de contenant (la structure de ton texte), le résultat, c’est une flaque d’idées et de pensées. Et non un contenu abouti et percutant.

D’ailleurs, je t’accompagne dans ta rédaction pour mieux structurer tes contenus web dans mon programme Digital Dharma. Ce n’est pas pour rien que j’inclue cette étape dans cet accompagnement individuel : c’est fondamental pour avoir plus d’impact.

Quand tu structures ton texte, tu penses à comment ton message peut être perçu et reçu par ton lecteur.

Tu vois, dans ton journal intime, tu écris comme tu veux. Personne n’est censé le lire. Il peut ne s’agir que de toi, le journaling c’est fait pour ça.

Mais les pages de ton site, tes articles de blog ou tes posts sur Facebook, LinkedIn, Insta… Ils viennent de toi, ok, mais ils sont là pour tes lecteurs.

Si tu fais des contenus pros, tu dois allier le « moi » et le « toi ». Tu ne peux pas t’arrêter à ce que tu as envie d’exprimer dans ton premier jet.

Car il ne s’agit pas de toi. Il s’agit de toucher tes lecteurs.

Trouve des idées pertinentes pour tes contenus toute l’année avec ce workbook offert

 (extrait de mon programme Digital Dharma)

Je suis Mélina,

Je suis Mélina,

Fondatrice de Guiding PathWord, consultante et coach pour les entrepreneures à impact positif déterminées à aller au prochain niveau dans leur communication sur le web, tout en étant authentiques et audacieuses.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *